Skip to content

Balado des Frères du Son Édition Décembre 2010

décembre 8, 2010

Bienvenue à notre toute dernière balado de l’année avec notre édition Décembre 2010 qui contient un tas de découvertes musicales à y faire ! Je vous décris ici qu’est-ce qu’on retrouve au menu ce mois-ci et j’en profite pour vous souhaiter une bonne écoute en notre compagnie !

Pour cette plus récente et toute dernière édition de notre capsule de d’Un Petit Goût de Boulimie de 2010, comme à chaque mois, on vous partage les parutions les plus valables des dernières semaines qu’on peut lire sur ce blogue et bientôt, à l’onglet blogues sur le site des Frères du Son, sous mon nom. Pour en savoir plus sur les artistes diffusés à l’intérieur de cette capsule, il suffit d’aller lire mes articles antérieurs, ici même.

PIÈCES ENTENDUES DANS LE BLOC MUSICAL DU BOULIMIQUE

Saroos – Scott (See Me Not)

Brian Eno, Jon Hopkins & Leo Abrahams2 Forms of Anger (Small Craft On A Milk Sea)

Dans Les Arbres – Le Flegme (Dans Les Arbres)

Pour notre capsule Style Comme Genre du mois de décembre, on vous fait entendre une musique en parfaite harmonie avec et l’ambiance des premiers flocons de neige qui tapissent notre décor. Le genre porte plusieurs noms, classique contemporain, néo-classique ou post-classique, peu importe c’est du classique moderne et bien de notre époque.

On inaugure la féérie hivernale à notre émission avec la douce mélancolie et la grande sensibilité qu’habitent Max Richter, qui est un compositeur comparable à Philip Glass, Arvo Pärt et Murcof. Richter c’est un pianiste Anglais aux origines Allemandes, fidèle admirateur des œuvres de Iannis Xenakis, il est aussi co-fondateur de l’ensemble Piano Magic dans lequel il s’est impliqué pendant une dizaine d’années et qu’on peut entendre à notre balado du mois de Novembre 2010. Comme tout bon artiste avant-gardiste, l’univers musical de Max Richter est en constante évolution, il se réinvente à chaque œuvre qu’il laisse derrière son parcours, mais il conserve un fil conducteur et une signature sonore qui lui est propre. Ouvert aux nouvelles technologies, il s’approprie les nouveaux outils de création et les manies à sa façon pour incorporer de nouveaux éléments dans ses enregistrements. Il a aussi collaboré avec Roni Size et le groupe The Future Sound of London à titre d’artiste invité, soit en tant que pianiste, ou au niveau des arrangements et de la réalisation. On pourrait dire que Max Richter fait partie de l’école de pensée des minimalistes, proche de l’ambiant avec des touches d’électroacoustique. Depuis 2002, il a réalisé 5 albums dont la trame sonore de l’excellent film d’animation Valse avec Bachir et son plus récent disque Infra, composé à l’origine pour un ballet. Max Richter est un artiste accompli et versatile qui produit des œuvres qui, à mon avis, méritent d’avoir une attention particulière.

On continue avec Sylvain Chauveau, un pianiste Français inspiré entre autres par Erik Satie, Bernard Parmegiani, Pierre Henry et Maurice Ravel, sans oublier par la peinture abstraite. Sylvain commence son parcours musical dans la veine Post-Rock au milieu des années ’90 avec les projets Watermelon Club et Micro:Mega avant de continuer dans une veine plus cinématographique. Dès l’an 2000, Sylvain Chauveau se met à l’œuvre et commence sa carrière solo telle qu’on la connait aujourd’hui, avec une approche minimaliste poignante, aux harmonies intimistes pour cordes et piano. Depuis, il a 9 albums à son actif en comptant un disque acoustique rendant hommage a Depeche Mode et les trames sonores des films Nuages et Des Plumes Dans La Tête, passés quasi inaperçu en Amérique. Sylvain s’est produit sur scène en première partie de Sigur Ros, tourné un peu partout dans le monde et a remixés des pièces pour différents groupes. Il est aussi membre des formations Arca, Zéro et ON, ce qui fait de Sylvain Chauveau un artiste chevronné et qui n’a vraiment pas peur de s’aventurer hors des sentiers musicaux conventionnels.


On termine la capsule avec un détour vers m on coin préféré du globe, en Islande, pour entendre les magnifiques nappes sonores que créés Jóhann Jóhannsson. Il est un des membres de la formation Apparat Organ Quartet et si vous ne connaissez pas déjà, allez écoutez ça, c’est vraiment impressionnant d’entendre 4 claviéristes, 1 percussionniste et du vocoder à l’œuvre ! Revenons à notre multi-instrumentiste, Jóhann Jóhannsson, qui est à la tête de l’étiquette de disque Kitchen Motors, qui repousse les limites d’expression artistique multidisciplinaire, il est aussi un créateur d’évènements artistique très particuliers et ses enregistrements tournent autour de la technologie et l’être humain. Ses a mbitieux projets vous feront sourciller, mais sans tomber dans la masturbation intellectuelle et ils sont très chargés en émotions. Jóhann Jóhannsson compose des bijoux musicaux tout en subtilité et finesse, en équilibre entre l’analogique et le numérique, oscillant sans cesse entre l’abrasif et la douceur dans la plus pure tradition que le pays a à nous offrir, mais en allant encore plus loin !

PIÈCES ENTENDUES DANS CE BLOC MUSICAL

Max RichterFlowers For Yulia (Songs From Before)
Sylvain Chauveau Datebook (Des Plumes Dans La Tête)

Jóhann Jóhannsson The Rocket Builder-Lo Pan! (Fordlandia)

Pour cette dernière capsule de Made In Québec de 2010, on a décidé d e vous faire un petit tour d’horizon de nos plus récentes découvertes. Des groupes talentueux et surprenants que seule la belle province a le don de produire. Est-ce que c’est le froid de nos hivers qui canalise autant l’inspiration chez-nous? Peu importe, tout ce qu’on sait c’est qu’on aime ce qu’on entend et qu’on se fait un plaisir de vous les partager.

On parle en premier de la formation The Luyas, composée de membres de Bell Orchestre et Torngat, soit le joueur de cor français Pietro Amato et Mathieu Charbonneau au Wurlitzer, de Stefan Schneider à la batterie et de Jessie Stein la charismatique chanteuse, aussi membre de Miracle Fortress, qui joue du Moodswinger, une cithare électrique de 12 cordes. Ils ont actuellement un maxi et un album à leur actif, intitulé Faker Death, lancé de manière indépendante en 2007 et on devrait voir apparaitre un nouvel album au début 2011. The Luyas a une approche musicale très atmosphérique, combinée à la voix particulière de Jessie Stein qui s’allie à merveille au son du cor pour ses variations légèrement instables, près de fausser, mais toujours en maitrise de ses moyens, ce qui donne au groupe une combinaison gagnante. Même si ce n’est pas nécessairement accessible pour toutes les oreilles au départ, The Luyas mérite l’effort de quelques écoutes pour mieux apprivoiser leur sonorité, mais le jeu en vaut amplement la chandelle une fois le léger inconfort surpassé.


On continue dans cette même lignée de pensée avec Braids, le jeune et talentueux groupe fraichement arrivé de Calgary il y a quelques années. Le quatuor débarque à Montréal pour leurs études respectives pour finir par se concentrer principalement sur leur musique. Connu précédemment sous le nom de Neighbourhood Council, Braids change de nom et surtout radicalement de style musical, en se démarquant avec une sonorité rafraichissante que je pourrais décrire comme un heureux mélange d’Animal Collective, Broken Social Scene et des touches de Pop synthétique à la manière d’Au Revoir Simone, donc un genre d’Indie aux accents psychédéliques. Les voix des filles sont noyées dans les effets, appuyés par les harmonies vocales masculines de la section rythmique, 2 postes de percussions font le travail en matière de polyrythmie. Braids, c’est des claviers, des jolies jeunes gens, beaucoup de profondeur et des bonnes influences musicales variées, ce qui leur donne une longueur d’avance sur ce qu’il se fait généralement. Leur premier album, Native Speaker, est à paraître le 18 Janvier prochain, c’est à surveiller !


On termine la chronique avec Suuns, un groupe qui nous déroute à la première écoute, mais c’est généralement bon signe que ça arrive! Autrefois connu sous le nom de Zeroes, Suuns revient après un maxi passé un peu sous le radar avec leur premier album Zeroes Qc. Réalisé par Jace Lasek des Besnard Lakes, l’enregistrement brasse, c’est brut, du genre Électro-Rock sale qui nous en met plein la gueule dès les premières minutes. Suuns, me rappelle un peu The Flaming Lips, We are Wolves et le quatuor est composé de membres qui font partis des groupes Land Of Talk, Young Galaxy et Silver Starling. Si vous n’accrochez pas tout de suite, dites vous que c’est normal, puisque le groupe a vraiment une sonorité qui n’est pas si facile d’approche, mais qui possède ironiquement beaucoup d’éléments accrocheurs. Gageons que vous allez vite devenir des mordus de Suuns si ce n’est pas déjà fait, surtout si vous cherchez quelque chose de différent et que vous gardez vos horizons musicales ouvertes !

PIÈCES ENTENDUES DANS CE BLOC MUSICAL

The LuyasCats In a Bag (Faker Death)

Braids – Lemonad (Native Speaker)

Suuns – Pie IX (Zeroes Qc)


Pour cette capsule d’Autopsie de CD, pour souligner le mois de décembre solennellement, mais toujours fidèle à notre style, on a décidé de vous présenter un artiste qui utilise son organe vocal de manière fort ingénieuse, voire semblable à des chants sacrés, tant qu’à nous, ce sont des sacrés beaux chants en tout cas! On vous dit qui vient clore la dernière Autopsie de l’année sans plus tarder.

Fredo Viola, qui est un chanteur Italo-Américain originaire d’Angleterre. Son parcours artistique plus classique, se traduit dans la musique qu’il crée, citant autant Bartók, Shostakovich et Stravinsky que Kate Bush, Belle & Sebastian et Boards Of Canada. Plus jeune, sa voix de soprano poignante et versatile l’emmène à chanter professionnellement au sein d’une chorale d’enfant à Los Angeles, mais il a dû changer de direction lorsque sa voix a mûrie.

Je compare un peu Fredo Viola à la sensibilité vocale de Rufus Wainwright, mais ce n’est vraiment pas un de ses émules. Son approche musicale s’influence autant de la musique médiévale, les hymnes religieux et la musique électronique. Grand rêveur, émotif et un peu pudique dans son approche musicale, Fredo y est toujours allé d’instinct quand il est question des ses créations autant que le côté mise en marché de son art.

Au début de l’âge adulte, Fredo met la musique de côté pour se concentrer sur ses études en cinéma, avec la ferme intention de devenir réalisateur. Après des boulots d’assistant de production en cinéma, des contrats d’animation et un contrat lucratif en montage vidéo, il se paie un Home Studio et revient à ses premiers amours en commençant à jeter les bases de ce qu’allait devenir son projet musical. Pour populariser son art, il a eu la brillante idée de publier un clip par mois pour 8 de ses nouvelles créations musicale sur YouTube. C’est réussi, puisque Fredo Viola s’est fait remarqué par les internautes, autant le public que par la critique et Massive Attack l’ont même invité à venir enregistrer des pistes de voix.

VIDÉO POUR LA PIÈCE MOON AFTER BERCEUSE DE FREDO VIOLA

La formation en cinéma de M.Viola lui sert bien aujourd’hui avec son projet multimédia, ayant réalisé ses vidéos lui-même pour agrémenter la musique de l’album qui vient avec un DVD en prime. Grâce à l’Internet, les gens se collent à lui pour venir en aide à son projet artistique naissant, il trouve de précieux collaborateurs qui lui prêtent main forte au niveau de l’instrumentation, comme un violoncelliste et un joueur de basson qui croisent son chemin virtuel.

Son univers musical est un peu inclassable, quelque part entre le Folk, d’ancien et de moderne, parsemé de vocalises abstraites et de paroles un peu insaisissables. Fredo incorpore beaucoup d’éléments du domaine cinématographique à sa musique et il essaie de créer un ensemble cohérent à son art, que ce soit le visuel de ses pochettes ou le portail numérique interactif qu’il a conçu pour The Turn. Ce qui rend l’histoire de Fredo Viola un vrai modèle de succès que le web et le talent peuvent apporter.

BLOC MUSICAL SUR FREDO VIOLA DE L’ALBUM The Turn

The Turn [A Pagan Lament] – Red StatesThe Sad Song

J’espère que vous avez appréciés notre émission de ce mois-ci et que vous en avez tiré quelque chose de bien à vos yeux. Merci de nous écouter et de regarder nos entrevues et on vous souhaite de joyeuses fêtes ! À bientôt !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :