Skip to content

Les Frères du Son – Balado édition Mars 2010

mars 12, 2010
Pour cette balado des Frères du Son, on vous a fait une autre sélection musicale stimulante. Pas mal de pièces instrumentales sont au menu ce mois-ci, des trucs d’ici et d’ailleurs, une brochette d’artiste qui devrait nous aider à terminer l’hiver en beauté et même des primeurs à vous faire écouter. À notre avis, une de nos émissions les plus émotionnellement équilibrés à venir jusqu’à maintenant.
BONNE ÉCOUTE !
Pour cette capsule de Mon Étiquette c’est Ma Casquette, qui a pour mandat de vous parler d’une étiquette de disque en particulier, notre choix s’est arrêté sur la maison de disque Londonienne Hyperdub, qui se spécialise dans tout ce qui tourne de près ou de loin autour du style Dubstep.
Le Dubstep, c’est un style d’électro qui fusionne des éléments du Dub (qui est une forme de Reggae Électro) du 2-step, avec des emprunts au Drum n’Bass et au Hip-Hop. C’est un mouvement qui est populaire en Europe depuis les dernières années, particulièrement en Angleterre et qui commence à faire des vagues de ce côté-ci. À Montréal, la scène a commencée à s’installer dernièrement, avec l’aide des soirées Dubstep du bar Koï et des soirées Drum n’Bass au Petit Campus.
Hyperdub, c’est une maison de disque qui a été fondée en 2004, par l’écossais Steve Goodman, alias Kode9. L’an passé, Hyperdub a lancée 5 Years Of Hyperdub, une compilation sur 2 disques qui fait l’éventail des talents qu’ils ont signés depuis 5 ans. On peut y faire de belles découvertes, si on ne suit pas la scène de très près et on a retenus 3 artistes qui sortent particulièrement du lot.
On vous fait commencer avec King Midas Sound, c’est un duo composé du rapper et poète, Roger Robinson et de Kevin Martin, un musicien, producteur et chroniqueur musical. La combinaison donne un résultat dramatique et très bien travaillé, tant au niveau lyrique qu’à la production sonore, avec King Midas Sound, on part dans le Dub-expérimental-ambiant. Kevin Martin a eu une implication dans plusieurs autres projets comme The Bug, God, Techno Animal et a collaboré avec plusieurs artistes comme, DJ Vadim, Dalek et John Zorn. Roger Robinson, produit des textes intelligents, qui véhiculent des bonnes valeurs avec sa voix grave et son accent mi-Africain, mi-Anglais, au ton narratif un peu Spoken Word, c’est ce qui peut décrire comment sonne King Midas Sound !
On continue avec Black Chow, un autre projet de Kevin Martin avec la MC Kiki Hitomi et son accent asiatique et une bonne dose d’attitude, qui sonne un peu comme une nouvelle version de M.I.A. On peut vous en dire très peu, vu que le projet en est à ses débuts, mais Black Chow, c’est une nouvelle collaboration excitante et on gage que ça va devenir gros dans un futur rapproché.
On termine avec une équipe de programmeurs Jay et Aiden avec Neleswa aux interventions vocales qui forment Darkstar. Depuis 2007, ils font parler d’eux en faisant paraître des mini-albums de 2 pièces sur 2010 Records, leur propre étiquette. Récemment signés par Hyperdub, on a hâte d’entendre qu’est-ce que Darkstar va produire d’autre et de voir quelle forme ça va prendre, un maxi ou un disque complet…
LISTE DES PIÈCES DU BLOC MUSICAL
King Midas Sound Earth a Kill Ya (Waiting For You)
Black Chow – Purple Smoke (5 Years of Hyperdub)
DarkstarAidys Girl’s a Computer (5 Years of Hyperdub)

Pour la capsule Une Note Vaut Mille Mots qui se concentre sur la musique instrumentale de partout dans le monde, peu importe le style, en autant qu’on se sente interpellés. À chaque fois, on vous réserve une brochette d’artistes qui risquent de vous faire vibrer.

On commence avec Anouar Brahem, c’est un compositeur originaire de Tunisie, il est un virtuose de l’Oud et ça, c’est l’instrument qui ressemble à la Luth, qu’il joue avec une approche qui s’apparente au Jazz, mais avec des racines ancrées dans la musique Classique et Folklorique Arabe. Anouar Brahem a enregistré une dizaine d’albums depuis le début des années ’90 et il a produit d’autres œuvres dans les années ’80 qui n’ont jamais traversés l’Atlantique. Il a aussi composé plusieurs musiques de films et de pièces de théâtre. Pour son dernier album, The Astounding Eyes Of Rita, qui est paru le 3 Novembre 2009, aussi le premier nommé en Anglais, Anouar Brahem nous revient en toute délicatesse et subtilités. Toujours aussi bien entouré, ses compositions prennent une saveur différente à chaque fois, mais avec autant de talent musical et de qualité sonore. Un alliage parfait de l’Oud avec la clarinette, ponctuée de percussions. Anouar Brahem fait une musique sensuelle, nocturne et Orientale, avec des arrangements épurés, qui laisse le temps aux silences de respirer.

On entend ensuite Antoine Berthiaume, qui est le membre fondateur de la formation Rodéoscopique, c’est un guitariste avec une approche Avant-gardiste, qui a collaboré avec Pierre Tanguay, Michel Donato, Elliott Sharp et Fred Frith, entres autres grosses pointures. Antoine, c’est un virtuose d’instruments à cordes, il joue aussi du banjo et le dobro et fait des compositions qu’on pourrait décrire comme du Folk-instrumental. Sur son plus récent album Small Tease, Antoine Berthiaume a créé un enregistrement très intime et sincère, des compositions apaisantes, énergiques et passionnées. Un assemblage de pièces qui nous font preuve de sa dextérité, de sa vieille âme et de sa grande sensibilité.
On triche un peu avec The Album Leaf, puisque c’est pas un projet exclusivement instrumental, mais disons qu’il laisse beaucoup de place à la musique, c’est le projet solo de Jimmy LaValle, qui est un des membres fondateurs de la formation Tristeza. The Album Leaf, c’est un projet qui fait dans la vague Post-Rock, mais qui s’inspire du Jazz, du Classique Contemporain et de l’Électro Ambiant. Jimmy utilise aussi des sons environnants qu’il enregistre et il a développé The Album Leaf à partir 1999 de San Diego en Californie. Depuis, il est à son 5e album, sans compter ses 3 maxi et ses collaborations. Avec son projet The Album Leaf, Jimmy LaValle a réussi à se tisser des liens avec la formation Islandaise Sigur Ros, en assurant la première partie pour leur tournée Américaine. En 2004, il enregistre le très senti et intime album In A Safe Place, dans leur studio Islandais avec l’aide de quelques musiciens du quasi-mythique groupe. Pour l’album qui suivait en 2006, Into the Blue Again, Jimmy a collaboré avec Joshua Eustis de la formation Telefon Tel Aviv, pour les arrangements et l’instrumentation. Dernièrement, The Album Leaf a produit un formidable disque intitulé A Chorus Of Storytellers, paru le 2 Février 2010, enregistré dans le studio de Sigur Ros.

LISTE DES PIÈCES DU BLOC MUSICAL

Anouar BrahemDance With Waves (The Astounding Eyes Of Rita – 2009)
Antoine BerthiaumeSmall Tease (Small Tease – 2009)
The Album LeafWithin Dreams (A Chorus of Storytellers – 2010)

Pour inaugurer notre nouvelle chronique Made in Québec, qui a pour mission de parler de musiques locales, on vous a préparé une chronique thématique. On a décidés de vous faire entendre des groupes qui ont une idéologie semblable en donnant leurs albums en téléchargement gratuit.

On vous offre en premier Artist of the Year, c’est un Funky quatuor qui a réalisé 5 albums depuis 2003. On pourrait dire qu’ils font habituellement de la musique dansante saccadée, du Cut Disco comme le dit si bien le titre de leur album de 2005. Pour Glauque Vol.1, enregistré en 2006 qu’ils nous offrent en téléchargement avec la formule payez ce que vous voulez, Artist of the Year change radicalement de répertoire et s’aventurent vers quelque chose d’un peu plus minimaliste, downtempo et exploratoire. Le groupe nous a habitués à leurs soirées électro-boogie, un peu déjantés et haute en couleur. C’est vraiment intéressant de les entendre sortir de ce qu’ils font et de constater que derrière Artist of the Year se trouvent des artistes versatiles et pas juste des bêtes de scène déguisés en gars de party, à quand Glauque Vol.2 ?

On vous partage une récente et surtout excellente découverte qu’on a faite dernièrement. Sweet Mother Logic c’est l’alliage de 2 violoncelles, claviers, guitares, basse avec une batterie et on s’aperçoit vite qu’on a affaire à des musiciens talentueux avec un bon baguage musical. Un jeune groupe surprenant, puisque quand on les écoutes, on imagine que les gars sont beaucoup plus vieux qu’ils le sont. Sweet Mother Logic, a créé 2 albums de compositions énergiques, complexes, intenses, et remplies de subtilités, qui sont le reflet de leur maturité. C’est des pièces instrumentales qui empruntent au Jazz, Rock, Funk et au classique avec des petites touches Électro. En 2007 sort Ascension Island, un maxi de 4 pièces qui dépassent les standards de temps radio, mais faut avouer qu’ils font dans la gastronomie musicale et pas du fast-food. En octobre 2009, Sweet Mother Logic sort un album homonyme complet, comme pour le maxi, les pièces sont sous licence Créative Commons, ce qui rend leurs œuvres encore plus accessibles et ouvre la porte à la créativité.

Le Bloc Québécois se termine avec un groupe qui commence en grand, Vannese Pariétaire, qui nous présente un audacieux album conceptuel autoproduit de A à Z et distribué gratuitement sur le web pour gagner en popularité. Leur musique est sur une base Rock un peu sombre avec des élans progressifs, dans les sillons de Mars Volta, Radiohead, Nine Inch Nails et A Perfect Circle. Vanesse Pariétaire, c’est un son tout en relief, très relevé en émotions, des textes imagés, lucides et un peu torturés appuyés par une nouvelle littéraire créé en parallèle par le chanteur du groupe. On en profite pour vous inviter à aller visionner notre entrevue avec eux pour entrer encore plus dans l’univers de Vanesse Pariétaire.
LISTE DES PIÈCES DU BLOC MUSICAL
Artist of the YeardA bRATT (Glauque Vol.1 – 2005)
Sweet Mother LogicRubiks (Sweet Mother Logic – 2009)
Vanesse PariétaireExils (La Mer Était Vide – 2009)

Pour notre capsule Autopsie d’un CD, où on analyse en détail un album, ce mois-ci, on vous partage une primeur. On sait que l’album sort le 5 Avril, mais comme on nous donne accès à 3 pièces en réservant l’album en version numérique, on n’a pas pu s’empêcher de vous en parler avant sa sortie. Si vous n’avez pas déjà devinés de qui il est question c’est bien sûr du très attendu projet solo de Jonsi, le chanteur de Sigur Ros. Après un détour méditatif avec l’album Riceboy Sleeps, produit avec son copain Alex Sommers, on se demandait ce qui allait suivre, mais on s’attendait pas à ce que ce soit aussi tôt, encore moins que Sigur Ros prennent une pause indéterminée, ça c’est généralement pas bon signe…

Nous sommes des admirateurs du groupe Sigur Ros, mais pas vendus au point de se dire que peu importe ce qu’ils font, ça peut juste être bon, eux aussi peuvent tomber dans la facilité. On doit avouer que la première aventure en solitaire de Jonsi est prometteuse, même si on était réticents avec la première pièce Go Do, un peu trop Pop sucrée, mais surtout après avoir vus son clip où on a l’impression qu’on veut faire de Jonsi le penchant masculin de Bjork. C’est certain qu’avec une voix comme la sienne, c’est légitime, n’empêche qu’on a l’impression qu’on applique une recette testée et approuvée.

C’est le 5 Avril qu’apparait le disque nommé tout simplement Go, qui promet d’être remplis de rebondissements, de moments ensoleillés et d’autres beaucoup plus sombres et dramatiques, un album plus accrocheur et accessible que jamais, pour le meilleur et pour le pire ! Jonsi, un des fascinants spécimens Islandais, sera en spectacle le 2 mai, au Métropolis de Montréal, où on nous promet une nouvelle expérience de mise en scène, multimédia et pluridisciplinaire. Go, c’est à ne pas manquer !

On y va avec 3 pièces tirées de Go, le futur album de Jonsi, en commençant avec la pièce Kolnidur, suivie de Grow Till Tall, pour terminer avec Go Do.

Le mois s’annonce mouvementé pour Les Frères du Son, avec une rafale de nouvelles entrevues pour La Semaine des 7 Péchés des Frérots. Le concept, c’est une nouveauté diffusée à chaque jour pendant une semaine et ça se déroule du 21 au 27 Mars. Des grands invités comme Jérôme Minière, Yann Perreau, Misteur Valaire, Alexandre Désilets, Monogrenade, Antoine Gratton et un artiste mystère, ne manquez surtout pas ça !
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :