Skip to content

PawaKido !

décembre 6, 2008
Dans la soirée du Jeudi 4 Décembre au Cabaret du Musée Juste Pour Rire, avait lieue une combinaison gagnante avec le doublé aKido+Pawa Up First. Belle petite salle dans laquelle j’ai eu le plaisir de voir la formation big band/jazz/expérimental Flat Earth Society, dans le cadre du Jazzfest l’an dernier. Une bonne ambiance, un public relativement jeune et une très bonne sono nous attendaient, ce même pendant la première partie où le technicien s’ajuste habituellement. En plus d’assister à un spectacle où la musique et les images sont assurées de nous transporter à mille lieux du quotidien, que demander de mieux !

Pour débuter en intensité, on retrouve aKido, alias Kim Gaboury, à la guitare et au clavier, son frère Martin à la batterie, Joyce à l’ordinateur, l’échantillonneur et à la voix, leur bassiste et nous, encore surpris de voir une solide formation de quatre membres devant nos yeux. Lui qui nous avait pondu la chanson Les Humains, contenant un échantillon d’un discours de Pierre Falardeau, qui a connue un certain succès [tirée de son premier album Playtime en 2004], on s’attendait plutôt à un DJ set de sa part. Au lieu, il nous a livré une tonne de rock et de groove et c’est pas nous qui vont s’en plaindre !


Pawa Up First est : Serge Nakauchi Pelletier (guitare, lapsteel, basse-synthé, échantillonage), Matt Pontbriand (basse), Daniel Bédard (batterie), Christian Baang (piano, synthé), Julien Sagot (percussions). Ils ont collaboré avec des membres de Karkwa, Gatineau et de Shades Of Culture, entre autres. Ils nous ont présenté une brochette de pièces inédites du nouvel album, qui devrait bientôt atterrir dans les bacs des disquaires [probablement d’ici le grand dégel], ainsi que du matériel en provenance des disques Introducing New Details et The Scenario. Entre le jazz, le rock, l’électro et le hip-hop, Pawa est un groupe qui mélange les styles avec aise et brio, comme peu nombreux se fait de mieux. Agencés à des projections assez imposantes et très atmosphériques avec des petits trucs d’éclairages simples, mais qui ajoutent à l’effet dramatique, punchés et efficaces. Ces serviteurs de l’art nous ont donnés une prestation chargée d’émotions, tout en subtilitées et contrastes, aux reliefs aussi variés et colorés que leurs influences. Tout un spectacle, dans une salle que je considère de très bonne qualité et que je regrette de négliger d’y aller plus souvent qu’autrement.

*
Petit montage particulièrement inspiré et artistique
gracieuseté de Martin Boivin et Beatmachiine

From → Uncategorized

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :